top of page
  • Photo du rédacteurPSInstitut

Bilan 2022 : PSI poursuit son effort de recherche

Dernière mise à jour : 19 juin 2023

Après une année 2021 difficile, P.S.Institut a renoué en 2022 avec un rythme soutenu de ses activités de recherche. Si l'on ne tient compte que des chiffres de la société elle-même, les dépenses de recherche ont continué de croître, pour atteindre 1 460 880 € de dépenses déclarées. Avec les filiales et participations, le budget de R&D du groupe dépasse les 2 millions d’euros.


Notre modèle économique, qui s'appuie sur un usage éthique du crédit d’impôt recherche, nous a permis de continuer à promouvoir l'emploi des jeunes diplômés issus des laboratoires publics en sciences humaines et sociales avec lesquels nous sommes en partenariat. Une quinzaine de chercheurs, dont les trois quarts sont issus des SHS, travaillent ou ont travaillé dans le réseau au cours de l’exercice.


Le graphique ci-dessous montre l'effort de recherche de quatre des sociétés du réseau, celles qui embauchent des chercheurs depuis 2017 : BenePhyt (recherche en botanique), Éditions de l'Ill (édition classique et numérique), Ernestine (jeux vidéo), et P.S.Institut (conseil et R&D). Les Prêts Garantis par l'État accordés à l'occasion de la pandémie avaient permis en 2020 d'accroître cet effort, et l'exercice 2022 a permis de pérenniser ces résultats.

Le second graphique illustre l'évolution des emplois de chercheurs au sein des quatre entreprises concernées.

Le suivi des premières embauches montre l’intérêt pour l’insertion des jeunes docteurs d'un modèle de R&D qui associe nos sociétés et des laboratoires publics en SHS sur des projets de recherche communs. Les créateurs des sociétés du réseau sont eux-mêmes issus du milieu de la recherche et entretiennent dans leurs entreprises une culture favorable à la création d'emplois de chercheurs. La liberté importante qui est accordée dans le cadre de leur travail aux chercheurs embauchés leur permet de construire leur parcours en fonction de leurs objectifs à la sortie. De ce fait, les replacements en fin de contrat présentent une gamme très ouverte de trajectoires, entre deux tendances fortes :


– À une extrémité de l'éventail, deux chercheurs, parmi les premiers à avoir été embauchés, ont utilisé cette période pour renforcer leurs dossiers de publications et ont été recrutés sur des postes de Maître de conférences.


– À l'autre extrémité, Les chercheurs « seniors » sont ceux qui ont pérennisé leur emploi dans l’entreprise même, en obtenant des contrats qui les financent. Ils animent leurs propres axes de R&D, contribuant d'ailleurs à de nouvelles embauches.

ความคิดเห็น


ปิดการแสดงความคิดเห็น
bottom of page